Publié le 09/12/2016

le luxe, sans le prix fort pour un chauffeur privé à paris

Une énième guerre entre taxi et vtc ?

Le climat s'échauffe une fois de plus entre les chauffeurs de taxi et les VTC. Nos chers prestataires de transport en commun boycottent toujours autant leurs concurrents. Les taxis dénoncent une concurrence déloyale de la part des VTC qui se développent plus sereinement. Les VTC deviennent aujourd'hui des incontournables en matière de transport. On les prend souvent pour une destination telle que les Aéroports. Leur système tarifaire ne fonctionne pas comme ceux des taxis. Le client du VTC payera une somme fixe pour la durée du trajet. Ils proposent le luxe, sans le prix fort pour un chauffeur privé à paris.

Finis la mauvaise foi des chauffeurs de taxi

L'escroquerie de la part des chauffeurs de taxi commençait sérieusement à agacer les clients. Ne parlons même pas de la grossièreté que ces prestataires affichent. Ils ne visent que le profit au détriment du confort du client. Il est donc normal que les usagers recherchent des services de meilleure qualité. Et justement voilà que des personnes proposent la location de leurs voitures et leurs compétences de chauffeur. Plus encore, ils affichent un meilleur tarif avec la réservation.

Avec la qualité de leurs services et du développement des applications mobiles, les entreprises VTC s'imposent facilement face aux taxis. Ils n''imposent pas de tarif minimum et les clients peuvent bénéficier de nombreuses réductions pour fidélité. Enfin, le confort y est assuré avec des voitures de luxe des marques les plus célèbres de l'Europe. C'est une excellente alternative à ceux qui ne peuvent se permettre d'acheter une voiture.

La nécessité d'une concurrence à la hauteur

Personne ne supporte la concurrence notamment dans un marché monopolistique comme les taxis. Jugés d'utilité publique par l'Administration, les services de taxis sont strictement encadrés par la loi. L'Êta leur impose un bon nombre d'obligations contenu dans un cahier de charge. Ils paient également assez cher le droit d'exploitation. Les taxis ne supportent donc pas l'idée que les règles soient plus souples à l'égard des VTC.

Des mesures ont donc été prises pour y remédier, mais aucune n'a satisfait les deux concurrents. Après une revendication de plus et l'échec de la tentative d'harmonisation, on se demande quand même si les taxis ne cherchent pas à éradiquer les VTC. Cette concurrence crée des effets positifs. Dans le but de séduire les clients, d'un côté comme de l'autre on améliore la qualité des services. Le client retrouve son trône de Roi. On sort de cette dictature sans merci des taxis.

Aller en Haut